Le RER D change de peau

Le RER change de peau

Édition 2019 des Journées européennes du patrimoine
Paris, Gare de Lyon, les 20, 21 et 22 septembre 2019

Cliquez dans les photos pour agrandir.

À la rencontre des arts et du patrimoine ferroviaire

C’est une véritable cure de rajeunissement subie par la rame Transilien Z2N 192D dont nous avons eu l’opportunité et le grand plaisir de découvrir exposée en gare de Lyon lors de ces 36èmes journées européennes du patrimoine.

Tout comme la prestigieuse et somptueuse galerie des Glaces du château de Versailles, cette rame du RER D se révèle être – elle aussi – une magnifique galerie, mais celle-ci roulante, à la rencontre des arts et du patrimoine ferroviaire. Elle nous invite sans nul doute et sans plus attendre à de plaisants voyages.

Force est de constater que le pelliculage de chaque voiture est très réussi. Parmi tous les éléments graphiques apposés et judicieusement placés dans les espaces voitures par thématique, l’on peut découvrir de magnifiques photos de Jean-Jacques d’Angelo, extraites et dument choisies dans sa photothèque et banque d’images professionnelle. Prises tout au long de ses multiples reportages en milieu ferroviaire, elles illustrent la relation étroite entre les hommes et les machines qui nous transportent.

Dans cette ambiance effervescente, des lieux remarquables tels que les gares, lignes et ouvrages d’art d’exception sont découverts et empruntés quotidiennement à travers le rail. S’ouvrent ainsi à nous voyageurs la traversée de pittoresques paysages nous emportant vers l’aventure, le charme et la beauté.

Bravo à tous les organisateurs, artistes, techniciens et archivistes qui ont contribué et mené à bien cette délicate opération chirurgicale.

« Longue vie à la rame et attention au départ ! »

Revivre la grande histoire ferroviaire

Voyage dans quelques-unes des voitures du RER D

Plongez dans l’univers raffiné de l’Orient Express et des illustres passagers du « roi des trains » vivez l’aventure technique et humaine des chemins de fer dans une voiture dédiée aux cheminots et aux machines évadez-vous des bords de mer jusqu’aux sommets enneigés grâce aux grandes affiches publicitaires vintage découvrez un aperçu des trains de légende, de la vapeur à l’iconique rame orange TGV contemplez la diversité des détails décoratifs des gares de France

>> Plus d’informations sur le site SNCF

Le Vieux Village – Pierre MURILLO raconte …

vieux_village_titre

Pierre MURILLO raconte …

TÉMOIGNAGE
Pierre MURILLO, Artiste Peintre

INTERVIEW
Azarie AROULANDOM
Club Audiovisuel de Bouchet

Goussainville, samedi 18 avril 2015.

murillo_1PM : « Pierre MURILLO, artiste peintre. J’habite le vieux pays de Goussainville. Je suis arrivé, … J’ai eu ma mutation. J’étais professeur dans le Nord. J’y suis resté deux ans. J’ai été muté ici en 68. J’étais professeur de dessin à Goussainville et puis j’ai quitté l’enseignement et je me suis consacré à la peinture. J’ai quitté l’enseignement en 80 ».

AA : « Vous avez vécu le changement de cette ville et le changement de cette ville est du à quoi ? ».

PM : « La présence de l’aéroport ».

AA : « La présence de l’aéroport, donc l’aéroport de Charles de Gaulle … Ce changement est du à quoi, en fait ? ».

toit_avionPM : « Les autorités de l’aéroport sont venues faire une conférence à la salle des fêtes et ont dit aux habitants que ce ne serait plus vivable parce que l’axe des pistes allait passer sur le village. Ils nous ont dit que les avions allaient larguer leur excédent de kérosène sur le village à l’atterrissage. Ils nous ont dit qu’il décollerait un avion toutes les deux minutes. Et ils nous ont dit aussi que les possibilités d’insonorisation sont quasi inutiles parce que pour bien insonoriser, il faudrait tout boucher et vous vous asphyxieriez, quoi ! D’autre part, on ne prend en charge qu’une pièce par maison. Et ils ont dit aux gens : si vous voulez, on vous achète les maisons. Et ils nous ont dit que le village, quand ils auraient racheté tout le village, il allait être rasé ! ».

AA : « Et c’était en 1974 ? ».

PM : « Oui, en 1974 ! ».

 AA : « Et à cette époque-là, combien y avait-il d’habitants ? ».

 PM : « Un peu plus de 1 000 habitants ».

 AA : « 1 000 habitants … Et, après cette réunion, comment cela s’est-il passé ? ».

murillo_ciel

PM : « Il y a eu une première vague de vente. Les gens ont vendu leurs maisons. Il faut dire que c’était des gens âgés. Et puis, l’aéroport proposait un prix supérieur au marché, parce que déjà, ce n’était pas très coté. Ce sont des maisons anciennes, mais aussi du fait de la présence de l’aéroport, ça devenait donc invendable. Enfin, il n’y avait que l’aéroport qui était un client et qui pouvait acheter… Et ils les achetaient un bon prix ! Voilà. Et alors, il y a eu une première vague de vente et puis il y en a eu une seconde. Je ne sais pas en quelle année … quand le Tupolev est tombé (3 juin 1973). Cela a beaucoup démoralisé les gens parce que cela a abîmé un quartier et qu’il y a eu 8 morts, sans compter les gens qui étaient dans le Tupolev (6), et beaucoup de blessés ».

AA : « Et c’est tombé sur un groupe de maison pas loin d’ici ? ».

PM : « Oui, sur un quartier pas loin d’ici, à deux kilomètres ».

 AA : « Donc, cela a effrayé les gens ! ».

 PM : « Oui, cela y a fait beaucoup ! Il y a eu une seconde vague de vente et puis après, cela s’est stabilisé. Quand ils ont dit qu’ils allaient tout raser, cela m’a paru bizarre parce que l’église est monument historique et qu’il y a un périmètre réservé tout autour : 500 mètres ! 500 mètres, de ce côté comme de ce côté, cela faisait tout le village ! Donc, premier mensonge de l’aéroport ! Second mensonge, quand ils disaient que les avions allaient larguer leur excédent de kérosène, c’est interdit ! Au même moment, il y avait eu une histoire : il y en avait qui avaient largué du kérosène sur la forêt de Fontainebleau et la cime des arbres était brûlée. Ils ont dit : l’axe des pistes va passer sur le village. J’ai pris ma voiture et je suis allé voir le chantier. Ils étaient en train de construire les pistes ».

axe_des_pistes

eglise_2

« Le clocher du village était nettement à gauche et effectivement la piste ici, elle passe à 500 mètres. D’autre-part, ils ont dit qu’il allait y avoir un décollage toutes les deux minutes. Ce n’est pas possible. Je me suis renseigné : les procédures d’envol prennent au moins cinq minutes. Ah oui, ensuite : que les gens n’avaient le droit de vendre qu’à l’aéroport, qu’ils avaient dit, alors que c’était faux ! Je suis allé me renseigner à la préfecture et à la préfecture, ils m’ont demandé : c’est l’aéroport qui vous a dit ça ? Je leur ai dit : mais vous savez, ils ne nous ont pas dit que ça ! warning_villageLa secrétaire m’a alors dit : mettez moi tout, envoyez moi une lettre, mettez moi tout par écrit ! Ils ont payé les maisons trois francs six sous. Ils ont acheté les maisons mais ensuite, c’était pour loger leurs techniciens parce que, étant de l’aéroport, ce ne sont pas eux qui feraient des histoires pour le bruit ! ».

« Et puis, il y a eu trois suicides. Il y a eu un couple de personnes âgées qui avait vendu à l’aéroport mais l’endroit qu’ils avaient acheté ne leur convenait pas. Ils ne s’y sont pas faits, vous voyez. Vous savez qu’une personne âgée perd la capacité d’adaptation. Ils ont voulu revenir sur la vente, l’aéroport s’est opposé et ils se sont suicidés au gaz ! ».

facade

« Et puis ensuite, il y a eu le boucher, un jeune. Il a vu sa clientèle fondre. Il a fermé sa boutique. Je le voyais trainer dans les rues et puis un jour, j’ai appris qu’il s’était suicidé. L’aéroport s’est fait remettre en place ! On leur a dit : vous ne tenez aucun compte de l’élément humain. C’est le moins qu’on puisse dire ! ».

AA : « Sur les milles habitants au départ, combien sont partis ? ».

PM : « Aujourd’hui, il reste 350 habitants. Il y a des maisons restaurables, mais il y en a d’autres … ruineCe sont des constructions anciennes avec pierres et chaux. Vous savez, si la maison n’est pas chauffée, la chaux s’humidifie, le mur gonfle et puis ça tombe quoi ».

 AA : « On a vu un genre de château … C’est quoi ça ? ».chateau_1

PM : « Ici là ? Mais oui ! On l’appelle le château mais c’est une maison bourgeoise. Au mois d’août, il n’y avait personne et ça m’a été raconté … ».

chateau_2

PM (Suite) : « Il y a eu le feu. Les pompiers sont arrivés. Il n’y avait pas de pression aux bornes d’incendie. Dans ces cas-là, on fait venir le camion-citerne ! Et bien non, ils ont laissé brûler ! Et alors là, ça se dégrade mais les quatre murs sont encore costauds quoi ! Ce sont des murs larges comme ça et en pierres taillées. Parce que vous avez des maisons en pierres aussi, mais ce sont des pierres en tout venant. Ce n’est pas si costaud que des pierres taillées. Les pierres taillées, elles restent en place, vous voyez ! ».

AA : « Pour les mensonges qui ont été évoqués au départ, c’était pour acheter les terrains pour mettre leur personnel ? ».

PM : « Pour mettre leur personnel, comme ils l’ont fait à Athis-Mons ! ».

AA : « Mais, ils ne l’ont pas fait ? ».

PM : « Quand au bout de dix ans, j’ai vu que rien ne se faisait, alors là, j’ai fait venir la presse quoi ! J’ai fait venir les journalistes de Libération. ça a fait du tapage ! Alors, ils n’ont rien fait ! … Ce qu’ils ont fait, c’est faire courir des bruits sur moi quoi ! Quant à la préfecture, alors là, je suis marqué à l’encre rouge ! À çà, de leur avoir écrit, ça va ! Mais d’avoir fait venir la presse … ».

AA : « Vous êtes grillé quoi ! ».

PM : « Hé oui et d’ailleurs, il n’y a que depuis quelques temps que je peux exposer au salon du Val d’Oise ! ».

AA : « C’est vrai ? ».

PM : « Hé oui, j’étais interdit quoi ! Interdit par le département ! ».

AA : « En tant que peintre ? ».

PM : « Oui, Oui ! ».cimetierePM (Suite) : « Ici, c’est vraiment ceux qui ont une tombe familiale … Ils n’enterrent plus ici. C’est ceux qui ont un caveau de famille … ».

eglise

« Quand le village marchait, on faisait des fêtes ici ! On faisait des repas champêtres. Et puis même après, avec les habitants qui restaient. C’est moi qui m’en suis occupé à ce moment-là ! Fallait pas arrêter la tradition ! On faisait toujours un repas champêtre dans le parc là, et puis aussi, il y avait un jeu très ancien, le jeu de la potence. C’était une potence, qui était à cette hauteur et on suspendait un gigot, un gigot de mouton. Et à six mètres par-là, en lançant des bâtons, il fallait d’abord casser l’os et puis casser le tendon. Celui qui le faisait tomber, il le gagnait.

L’aéroport avait dit à ma municipalité qu’ils prendraient deux mille emplois sur Goussainville … Il y en a cinq cent, autour de cinq cent quoi, ce qui est quand même pas mal ! Mais alors, si au nom de l’emploi, on autorise les gens à faire n’importe quelle escroquerie, ça va plus quoi, hein ! On n’était pas très bien vu quoi ! Alors, avec un groupe, on leur disait : ho, un beau jour dit, on fera une commune libre ! … Alors, ils ricanaient quoi ! ».

AA : « Vous êtes des rebelles ! ».

PM : « Oh oui-oui, on s’était appelé les Résistants, quoi !

AA : « Les Résistants ! ».

PM : « Les Résistants … ».

allemande_à_venise

PM (Suite) : « Elle a vu que j’étais là avec mon appareil … Alors, elle a pris la pause, là. Mais, gentille, hein ! Elle m’a parlé mais seulement, je ne comprends pas deux mots d’allemand ! C’est très dur à faire la Joconde, hein ! »

AA : « Ah oui ? … C’est vrai ça ? ».

joconde

PM : « Je l’ai fait plusieurs fois mais chaque fois, c’est un boulot, heu … délicat, hein ! Vous voyez, pour faire son sourire là, c’est … Presque tous les personnages de Vinci, ils ont toujours ce sourire … ».

diplomate

PM : « D’après un gisant, on m’a demandé d’en faire le portrait, alors je l’ai fait un peu de trois quart ».

AA : « Et qui c’est, lui ? ».

PM : « C’était un diplomate ! ».

AA : « À l’époque, il y avait le Concorde … ».
condorde

 PM : « Oui, mais il passait une fois par jour, quoi ! Il passait une fois par jour, à onze heures et quart ! Ça me servait de pendule quoi, hein ! Je racontais, … le bruit durait cinq secondes : j’entendais « WRRROUARRRRRR !!! … » et puis, il était passé ! ».


murillo_2

Pierre MURILLO, Artiste Peintre.
Reportage au vieux village de Goussainville, « Le Vieux-Pays ». Club Audiovisuel du Bouchet. Samedi 18 avril 2015.

 


Le Vieux Village de Goussainville

Mardi 28 avril 2015, 19H15
par Laurence Tourte, Club Audiovisuel du Bouchet
Article publié dans « Le Zoom Survolté »
sortie_club

Goussainville, le Vieux Village, samedi 18 avril 2015.

zoom_339_phot1BÀ partir d’une idée de Jean-Pierre, vidéastes et photographes du CAB, nous sommes partis à la découverte du mystère du village abandonné de Goussainville dans le 95, à une heure de route de Vert-le-Petit. Côté météo, la chance était avec nous, un petit vent frais mais un superbe soleil. À moins d’un kilomètre, à vol d’oiseau, des pistes de Roissy, survit un village fantôme, nid de maisons murées recroquevillées autour d’une église du XVIe siècle.

C’est le Vieux Pays de Goussainville, autrefois cœur historique de la ville, il s’est peu à peu transformé en « village fantôme » depuis la construction des pistes de Roissy. Notre promenade a commencé au hasard, par la rue du pont prolongé, zone habitée, pas de ruines.

zoom_339_phot2

Puis derrière un mur à moitié écroulé que nous enjambons facilement, dans d’un parc très bien entretenu, au milieu d’une belle pelouse, nous découvrons la ruine du château de Goussainville.

zoom_339_phot3

En fait de château, c’est d’une maison bourgeoise qu’il s’agit. Elle est bâtie dans le parc de l’ancien château, d’où son surnom, aux environs de 1860. Malheureusement, une balustrade entoure complètement la demeure dont il ne reste que les murs, un incendie a terminé la destruction de cette demeure en pierres taillées, une marquise rouillée surplombe encore le perron de la porte d’entrée. Les plus téméraires réussissent à trouver un passage dans la balustrade, c’est vraiment dommage d’avoir laissé à l’abandon une si belle demeure.

zoom_339_phot4B

Dans le parc, nous passons un bon moment à photographier l’église Saint Pierre-Saint-Paul, très belle église qui appartient à la commune et qui a été classée aux monuments Historiques en 1914, l’église n’est pas en ruine, les travaux de restauration semblent récents, le petit cimetière derrière l’église a aussi attiré l’œil des vidéastes et des photographes. Enfin dans la rue brûlée, nous découvrons des maisons murées, des graffitis, un piano dans une maison non murée que nous visitons prudemment. En longeant cette rue, on aperçoit des toits effondrés, des murs d’où s’échappent des branches d’arbres, mais aussi des maisons habitées et entretenues.

zoom_339_phot5

Au bout de la rue, une école dont la façade a été rénovée récemment, c’est peut-être le témoin d’un projet de réhabilitation du vieux village déserté. Figé dans les années 70, petit à petit il se meurt. Ce qui a sauvé le village de la destruction, c’est cette église protégée par les Monuments Historiques et quelques dizaines d’habitants irréductibles qui ont refusé de quitter les lieux.

zoom_339_phot6

Après un repas sympathique au Courtepaille de Goussainville, grâce à la sagacité d’Azarie, l’équipe réalise l’interview d’un habitant, Monsieur Pierre Murillo, artiste peintre, installé au Vieux Pays depuis 1968 et qui connaît toute l’histoire ! Mais, je ne vous en dis pas plus, les surprises seront pour les prochaines « Rencontres d’Automne » et le prochain « Printemps de l’Image ». De retour, très heureux de cette belle journée, il nous reste à retrousser nos manches pour partager nos découvertes avec vous.

Laurence Tourte
« Le Zoom Survolté »
Année 37 – N° 339 – Mai 2015


Liens

 


Les Studios du Lac

Olivier DARNAY
do-prod.com © 2009-2016 – Tous droits réservés.
Powered by « Infomaniak ».

 

Sortie Club au Vieux Village de Goussainville

Mardi 28 avril 2015, 19H04
par Jean-Pierre Clavier, Club Audiovisuel du Bouchet
Article publié dans « Le Zoom Survolté »

zoom_339

 Libres Propos

Une autre façon de stimuler les adhérents d’un club est d’organiser une ou des sorties communes. C’est ce que nous avons organisé le 18 avril dernier. Nous avions organisé une sortie photo et vidéo dans le vieux village de Goussainville après la lecture d’articles sur le sujet.

zoom_339_phot4

Six adhérents se sont rendus disponibles pour participer à cette sortie. Le soleil étant de la partie, nous avons bénéficié d’une belle lumière mettant en relief la magie du lieu. Ayant pris contact avec un habitant, nous avons réalisé une interview très intéressante sur l’histoire récente du village.

zoom_339_phot1B

Ces images serviront pour réaliser un docu-reportage et un ou deux diaporamas. Ainsi les deux sections seront mises à contribution pour réaliser des montages qui seront présentés aux Rencontres d’Automne et au Printemps de l’Image; de quoi s’exercer sur les logiciels grandeur nature. Cette expérience sera reconduite car formatrice pour les participants et frustrante pour ceux qui n’ont pu y participer, le plus gros problème étant de trouver une date ou le maximum de personnes sont disponibles en même temps.

TAG_4BAu mois de juin prochain, nous avons prévu deux tournages de films; là aussi, toutes les bonnes volontés du club seront mises à contribution afin d’apporter leur aide sur les tournages. Ce genre d’expérience, nous l’avons déjà pratiqué pour des tournages de films, mais moins souvent pour la photo, une erreur qui sera réparée avec les prochaines sorties et tournages de films. Car pour qu’un club fonctionne bien, hormis la sympathie réciproque entre ses adhérents, il est important qu’il y ait des travaux en commun inter sections motivant chacun de nous, c’est ça je pense les bases et l’intérêt d’un club.

Jean-Pierre Clavier

Le Zoom Survolté »
Année 37 – N° 339 – Mai 2015


Liens

 


Les Studios du Lac

Olivier DARNAY
do-prod.com © 2009-2016 – Tous droits réservés.
Powered by « Infomaniak ».

 

InterTice 2014

Lundi 17 février 2014
par Olivier DARNAY, Les Studios du lac

Visite du salon InterTice 2014 organisé par le C.R.D.P. de l’Académie de Versailles. Ce Salon s’est tenu à l’Espace Grande Arche de la Défense les 11, 12 et 13 février 2014.

Vidéo Reportages d’Olivier DARNAY


 

 

Tournage au canal

Mercredi 9 juin 2010 – Tournage au canal
Par Olivier DARNAY

Ce jour là, j’étais à la capitale pour le boulot avec la matinée pratiquement libre, notre prestation n’ayant lieu qu’après le déjeuner. J’avais préféré partir sagement de bonne heure pour éviter au maximum les bouchons, repérer les lieux, me garer et décharger tranquillement mon matériel, comme d’habitude.

Ohé du bateau !

Dés 09HOO, agitations multiples sur le Quai de Loire … Chouette, un tournage cinéma ! Hé, hé !

1 Canal de la Villette « La promenade Jean Vigo »

Continue Reading →